Invité de l’émission « La Tribune de l’Actu Plus » sur la radio Chérie Fm (104.1) le 9 juillet 2018, le président de la Convention des Acteurs Non Etatiques de Guinée (CANEG) et Directeur exécutif d’African Crisis Group, Dr. Sékou Koureissy Condé s’est successivement exprimé sur les sujets brulants de l’actualité guinéenne, à savoir la hausse du prix du carburant, l’installation des 330 conseils communaux et l’adoption par l’Assemblée Nationale de la nouvelle loi sur la réforme de la CENI.

D’entrée de jeu, Dr Koureissy exprimera son inquiétude face à cette hausse du prix des produits pétroliers qui pousse les citoyens à prendre les rues pour dégager leur mécontentement : « Ce qui m’inquiète, c’est qu’on s’éloigne de la culture du dialogue. Je fais du compromis et non de la compromission. Je peux me tromper mais je ne trompe pas ».

Le président de la CANEG ajoute que le premier ministre et le chef de l’Etat doivent être interpellés sur cette question de hausse de prix du carburant tout en leur demandant de tenir un langage clair et explicatif vis-à-vis des guinéens.

Parlant de l’installation prochaine des conseils communaux, Dr Koureissy Condé appelle l’opposition guinéenne d’accepter l’installation des 330 conseils communaux d’abord avant la résolution des contentieux liés aux 12 autres communes.

« Il faut mettre en place les 330 communes sans faire appel à Madame Fatou Bensouda », soutient-il.

Abordant la question de la réforme de la CENI, M. Condé affirme qu’après les accords de « Ouaga », l’on a assisté à un échec qui est la mise en place d’une CENI politique.

« Ma préférence, c’est une CENI technique mais je suis contre les CENI en Afrique. Battons-nous pour avoir un Etat fort et crédible… », dira l’homme de dialogue, Dr koureissy Condé.