Article paru sur RFI : lire l’article

Extrait :

Sékou Koureissy Condé, de l’African Crisis Group enfonce le clou : « La classe politique a donné une allure de présidentielle à ce scrutin local. On a vu les ministres et les chefs de parti battre campagne, ce qui a suscité l’incompréhension des électeurs et exacerbé les tensions ». En effet, le jour du vote, de nombreux électeurs interrogés par RFI croyaient se rendre aux urnes pour « changer le président ».

« Les tensions étaient déjà là et il ne manquait plus que des irrégularités pour déclencher les violences, poursuit Sékou Koureissy Condé. Les irrégularités ont instillé le doute dans les esprits et les gens n’ont donc pas attendu les résultats finaux pour sortir dans la rue. »